Qu’est-ce que la sociocratie ?

Inventé par le philosophe français Auguste Comte (1798-1857), repris par le pédagogue pacifiste hollandais Kees Boeke (1884-1956) et modernisé par son élève, l’ingénieur, chef d’entreprise et professeur d’université Gerard Endenburg (1933- ), le terme « sociocratie », a pris sa place aujourd’hui dans le vocabulaire de gestion. Du latin « socius » : compagnon, associé, et du grec « kratos » : pouvoir ; ce mot signifie littéralement le pouvoir des associés.

Surgit immédiatement devant nous l’image d’un ensemble d’individus associés par un tissu relationnel fort et des intérêts communs. La sociocratie pourrait donc se définir comme le pouvoir exercé par des associés qui ont des intérêts communs !

Gerard Endenburg, le père de la sociocratie moderne, la définit comme une méthode d’organisation et de gouvernance convenant à toutes les formes de sociétés évoluant dans un environnement en constante transformation.

4 règles

Consentement

Cliquez pour ajouter votre propre texte ici

L’organisation en cercles sociocratiques

Cliquez pour ajouter votre propre texte ici

Rétroaction (double lien)

Cliquez pour ajouter votre propre texte ici

Affectation des postes sur la base du consentement

Cliquez pour ajouter votre propre texte ici

3 principes

Ces trois principes n’ont qu’un seul but : créer les conditions pour que le cercle puisse agir comme un organisme vivant et s’auto réguler. La cybernétique a établi trois règles qui permettent aux systèmes de s’auto réguler. Voici ces principes et comment les règles sociocratiques les traduisent au niveau de la vie du cercle.

  • Pas de contrôle des éléments du système les uns sur les autres

    Les règles sociocratiques maintiennent l’équivalence entre les membres du cercle de sorte que personne, pas même le chef, puisse dominer les autres membres ;

  • Une source d’énergie externe pour mobiliser et orienter le système

    Les règles sociocratiques détournent l’attention des membres sur le projet commun comme source d’énergie externe et moteur de l’évolution du cercle pour éviter que l’intérêt égocentrique de quelques uns asservisse l’intérêt général. Ce projet lui est délégué, en tant que mission, par le cercle qui lui est immédiatement supérieur.

  • Rétroaction et libre circulation de l’information

    Les règles sociocratiques fluidifient la communication interne et externe en favorisant la rétroaction entre les membres eux-mêmes et entre le cercle et son environnement.